Quelque(s) Chose(s)

[ textes images sons articulations ]

24,006

mardi 21 mai 2013

J’ai passé la nuit. Avec toi et sans toi, avec supplément et sans tout à fait, il reste des encore suspendus aux fils invisibles d’un alors. J’ai passé ma nuit dans la tienne, ta nuit dans la mienne, l’intersection était changeante, elle s’étoffait ou rétrécissait selon que les zones effleurées étaient abordées ou contournées. Sur le bord du cadre s’approche un lendemain, il pointe vers nous son index, on le dirait, c’est peut-être nous, nous qui savons saurons être un un nous jusqu’au bout. J’ai passé la nuit, seule et avec le monde, j’étais dans la nuit du monde, dans le passage de toute nuit, seule avec, seule comme, nous étions multitude. J’étais dans la même nuit que vous, dans la même nuit que toi, celle-là ou la prochaine, chacun sur son île, chacun dormant contre ses ils, chacun veillant, cette nuit ou la précédente, à ne pas réveiller de douleur. J’ai passé la nuit à la fenêtre, j’ai jeté quelques mots, à l’air du temps, à la volée, pour les passants, pour les muets. Il fait jour à présent, il fait jour quelque part. Je referme le livre, je n’écrirai plus dans l’ombre, je n’écrirai plus au passé sous silence, je suis là où passer est possible, là où passer est mouvement.


[fin du Carnet 1]

< >