Quelque(s) Chose(s)

[ textes images sons articulations ]

à ce point

samedi 9 février 2013

Elle accentue, elle appose un forte sur l’antépénultième consonance, l’avant-dernier redoublement, la dernière répétition. Elle accentue la perplexité, elle impulse la synthèse, on pourrait dire elle exagère – une fois ou deux n’est pas coutume.

Nous nous étions encordés de biais, attachés à la contenance, à l’idée d’une position plutôt qu’à celle d’un parcours, arrêtés à ce point entre deux certitudes, arrêtés par la peur d’avoir moins, arrêtés par la peur d’avoir plus, rivés aux arguments pastiches d’un territoire ni naturel ni habité. Il aurait fallu chercher le déséquilibre opportun – trop hasardeux, il aurait fallu lâcher la prise – comme c’est suspect, admettre la béance – quelle indécence. Nous étions embarqués de traviole, sans grande visibilité. Nous guettions en secret la source, nous invoquions des sommets – mais le désert ne peut mentir. Nos quêtes travesties pour passer inaperçues dans le grand carnaval – d’autres ont pu trouver que le masque nous allait comme un gant.

< >